Sélectionner une page

Il nous arrive à tous d’avoir des mauvais jours. Celui où rien ne se passe comme prévu, la voiture qui tombe en panne en déposant les enfants à l’école alors que vous étiez pressé pour un rdv, celui où le réveil n’a pas sonné et que vous êtes du coup en retard pour une réunion super importe, le robinet qui vous lâche et vous inonde la salle de bain. Même sur les jours où vous auriez du pouvoir lâcher-prise : l’enfant malade sur la route des vacances, le camping fermé au moment de votre arrivée, votre carte bleu oubliée sur le meuble d’entrée alors que vous l’aviez préparée pour être sûr de l’avoir.

Bref c’est dans ces moments là que rien ne va. Vous vous sentez incapable de vous maîtriser. Votre cerveau s’emballe et vous assaille de questions, d’angoisses.

Je suis sûre que certains d’entre vous se verrons entendre leurs amis ou de la famille leur dire « calme toi ça ne sert à rien ». Pourtant votre corps semble en mode pilote automatique et vos réactions de paire. Pour peu que votre fatigue soit à son comble et là vous pétez les plombs : « de toute façon aujourd’hui ….. », « et pis tout ça ne serait pas arriver si…. » pour certains la colère explosera et tout pourra sortir de votre bouche sans vraiment faire attention à vos propos, pour d’autres ce seront des larmes interminables … Rien de très inquiétant c’est votre corps avec tout ce que vous y avez cumulé qui cherche à évacuer le trop plein.

Afin de vous éviter certaines de ces réactions démesurées prenons un peu de recul. Dans un premier temps lorsqu’il est trop tard, essayez de mettre de la distance. Vous savez ces petites phrases qui sont dures à digérer que d’autres plus calmes vous sortent « prend le temps de tourner 7 fois ta langues dans ta bouche avant de parler, tu es injuste dans tes propos » ou alors « calme toi, respire un bon coup ça va, y’a rien de grave ». Bon si y’a du grave vous êtes dans un état second où l’on ne se maîtrise plus. Même si ces conseils sont plutôt les bienvenus. Il faut juste en prendre conscience avant.
Qu’est-ce que je veux dire ? Essayez de les appliquer avant qu’on ne vous les suggère voilà tout.
Vous êtes en colère ? Très bien vous avez vos raisons et elles sont sûrement justifiées. Maintenant si vous voulez que les autres les comprennent il faut les exprimer clairement. En général sous la colère on sort tout et n’importe quoi sans vraiment réfléchir ni même s’assurer que nos propos sont cohérents.

« prenez le temps de tourner 7 fois votre langue dans votre bouche »
qu’est-ce que cela peut bien signifier ? Eh bien simplement essayer de formuler plusieurs fois le même propos. Vous verrez qu’au final vous aurez une phrase plus claire et cohérente, avec des détails d’argument qui feront mouche, entre temps votre colère aura eu légèrement le temps de s’apaiser et vous serez plus calme pour prononcer vos paroles mais aussi plus ferme.

« calme toi, respire un bon coup »
Pareil. Essayez de le mettre en application, fermez les yeux, inspirer profondément et expirer lentement renouveler 3 à 7 fois. Puis ouvrez les yeux. Vous vous sentirez plus apte à faire face à la situation. Comme si vous aviez donné possibilité à votre corps de définir les priorités afin d’être efficace.

C’est plus facile à dire qu’à faire me direz-vous ! Certes.
Prenez d’abord conscience de ces petites phrase. Essayer leur application dans un état normal, puis appliquée à des moments où vous gérer encore, mais ou vous sentez vos émotions plus importantes. Petit à petit elles prendront leur place naturelle, comme automatisme, vous permettant de garder un contrôle de vos réactions et de l’expression de celles-ci. Vous vous maîtrisez mieux.

Pour compléter cette gestion des émotions, n’hésitez pas à apprendre les premiers pas de la méditation. Ils vous aideront.
Et si l’envie vous vient, continuez votre pratique, appréciez-la selon votre besoin et votre envie d’approfondir votre approche de vous-même, de vos émotions, de votre histoire. Prenez-en conscience et acceptez-les comme faisant parti de vous sans jugement.